Gagnez un séjour freeride à Chamonix ! Participez ici

Pierra Menta 2017 (3/4) : Compte-rendu
10.03.2017

Pierra Menta 2017 (3/4) : Compte-rendu

L’étape reine a consacré un roi : Matteo Eydallin. Redoutée pour son parcours extrêmement technique avec des portions rendant au ski alpinisme ses lettres de noblesse, cette 3ème journée a tenu toutes ses promesses. Emelie Forsberg & Laetitia Roux ont mis le feu à la poudre en repoussant loin les espoirs de remontada de leurs adversaires. Le patron italien du Factory Team et son compatriote Damiano Lenzi ont eux rendu hommage au célèbre« jamais 2 sans 3 » en franchissant de nouveau la ligne d’arrivée en vainqueurs. Le Grand Chelem est à portée de spatules. 

L'ÉTAPE DU JOUR

Deux duos souverains qui« piquent comme l’abeille » à la Pointe du Dard

Après quelques kilomètres d’échauffement sur une partie roulante où se multiplient les manipulations, entre peautage et dépeautage, les skieurs s’attaquent sans transition à la difficulté majeure de la journée : la Pointe du Dard (2489m) et ses 138 conversions nécessaires pour  y accéder. Pour changer, c’est le binôme Matteo Eydallin & Damiano Lenzi qui semble avoir fait sienne cette célèbre maxime du légendaire Mohammed Ali : « vole comme le papillon, pique comme l’abeille et vas-y cogne mon gars, cogne ». Oui, le néophyte du Factory Team Dynastar cogne, tout comme le soleil qui assèche les skieurs. Et les adversaires craquent un à un, ou deux par deux. Au sommet, ils comptent déjà 1min46 d’avance sur leurs compatriotes Nadir Maguet & Michele Boscacci, 2min30 sur Kilian Jornet & Alexis Sevennec et 4min30 sur William Bon Mardion & Xavier Gachet, qui semblent désormais condamnés à lutter pour les 2 places restantes sur le podium.

Chez les femmes, même topo, même domination écrasante de la part de l’équipe composée par Laetitia Roux & Emelie Forsberg, qui butine encore une avance conséquente au Passage puis à la Pointe du Dard. Leurs principales rivales, Axelle Mollaret & Lorna Bonnel ainsi que Jennifer Fiechter & Séverine Pont-Combe, accusent plus de 5 min de retard à l’intermédiaire.

Du ski alpinisme enfin, pour le même résultat

Le retour de portions très techniques rendant au ski alpinisme ses lettres de noblesse ne permettra pas de renverser l’ordre établi. Forsberg, Roux, Eydallin et Lenzi règnent en despotes éclairés sur cette 32ème édition et ne semblent pas disposer à partager leur trône, si ce n’est avec leur coéquipier. Ils ne cessent de créer l’écart. Cependant, derrière, la concurrence se densifie. La dernier schuss de 1000m négatifs, en basculant depuis la Grande Combe (2100m) vers la ligne d’arrivée, s’annonce disputé. De quoi mettre en avant une aptitude trop peu soulignée chez ces athlètes : leur qualité de descendeurs. Le finish est spectaculaire et c’est finalement Favre & Rapazzuol (+04’45) (2ème) qui règlent Maguet & Boscacci (+04’56) (3ème) ainsi que Sévennec & Jornet (+05’18) (4ème) au sprint. Côté féminin, le classement est plus limpide et la meute plus dispersée. Sauf incroyable retournement de situation, le podium final parait immuable puisque le duo franco-suédois s’impose avec 8 minutes sur les Suissesses et 13 sur le Factory Team.

Après cette troisième étape, un sentiment contradictoire anime désormais l’ensemble des skieurs : le bonheur « d’en finir bientôt » se mêle à la nostalgie du « c’est bientôt fini ». Que les bienheureux et les mélancoliques se rassurent, l’étape de demain s’annonce grandiose. Au programme, le couronnement de deux couples royaux, une lutte acharnée pour les places d’honneur et une ambiance mystique… 

LE FAIT DU JOUR

Un soleil de plomb et des températures printanières ont convaincu Kilian Jornet d’aller faire trempette. Dans l’ultime descente, à la lutte pour la 2ème place, il a décidé d’aller se rafraichir dans le lit d’un ruisseau. Un petit plongeon qui lui coûte le podium du jour. 

L'ATHLÈTE DU JOUR

Ludovic Pommeret, vainqueur de l’édition 2016 du légendaire Ultra-Trail du Mont-Blanc, prépare sa saison estivale sur les sentiers enneigés de la Pierra Menta. Et quoi de mieux pour cela que les skis Dynastar du même nom. "Ludovic, ils sont comment alors ces skis ?" "Très bien." Approuvés par un champion, messieurs-dames !