Gagnez un séjour freeride à Chamonix ! Participez ici

Pierra Menta 2017 (4/4) : Compte-rendu
11.03.2017

Pierra Menta 2017 (4/4) : Compte-rendu

ARÊCHES-BEAUFORT (Fr.)  Ce samedi a eu lieu la quatrième et dernière étape de la 32ème Pierra Menta. Y assister depuis le col de la Forclaz, c’est un peu déguster la recette du succès : de la fondue savoyarde, du vin chaud, des accordéons, un panorama à couper le souffle, un lever de Soleil poétique, plus de 3000 passionnés chauffés à blanc et des athlètes qui leur offrent avec sourire leurs dernières forces. Un moment de communion qui consacre Matteo Eydallin, vainqueur de l’épreuve pour la 4ème fois au bout d’un époustouflant Grand Chelem. 

L'ÉTAPE DU JOUR

La Grande Messe du ski alpinisme

Le sommet de la Forclaz, à 8h. Un instant magique qui mérite d’être inscrit dans l’éternité. Une scène inoubliable gravée au piolet dans les souvenirs de tous les passionnés de montagne qui l’ont vécue. Les cloches secouées frénétiquement produisent un bruit assourdissant qui n’arrive pourtant pas à couvrir les cris (ou chants, c’est selon) d’encouragements. Les senteurs de fondue savoyarde se mêlent aux vapeurs de vin chaud s’échappant de barbecues improvisés dans de larges troncs en bois. Jeunes, anciens, plus très jeunes, pas encore anciens : la grande famille du ski alpinisme est réunie. Toutes générations confondues. L’ambiance est incroyable. Surnaturelle.

Les premiers coureurs arrivent, le visage éreinté par les 1300m de dénivelé positif qu’ils viennent d’engloutir en moins d’une heure, les jambes engourdies par les 3 étapes précédentes. C’est d’abord les italiens qui pointent le bout de leurs spatules. Matteo Eydallin & Damiano Lenzi, puis leurs compatriotes Michele Boscacci & Nadir Maguet (+00’10), suivis de très près par Alexis Sevennec & Kilian Jornet (+01’30) ainsi que William Bon Mardion & Xavier Gachet (+03’40). Quelques minutes après, les supporters (les qualifier de spectateurs au vue de leur activité serait une offense) redoublent de chants pour les premières équipes de filles. Dans l’ordre, comme un sempiternel refrain : Laetitia Roux & Emelie Forsberg, Séverine Pont-Combe & Jennifer Fiechter et Axelle Mollaret & Lorna Bonnel, pilote et co-pilote de la fusée Factory Team.

Grand Chelem mémorable, symbole historique

Les coureurs se dirigent ensuite vers l’arête de l’Antécime (2598m). Crampons, baudriers et longes sont obligatoires pour espérer franchir cet obstacle sans lequel la Pierra Menta ne serait pas la Pierra Menta. L’étroitesse et la dimension technique des passages empruntés n’offre pas un terreau propice aux dépassements. Cela explique qu’à l’heure de la seconde tournée au col de la Forclaz, où les marmites de vin chaud sont dévalées tout schuss, les écarts n’aient pas évolué. La foule a alors une deuxième opportunité de jouer son rôle de troisième homme pour accompagner chaque duo dans la descente vertigineuse de 1200m vers l’arche finale.

À l’issue de celle-ci, les deux équipes transalpines, toujours en tête, improvisent un geste qui restera à jamais inscrit dans le rocher qui a donné son nom à la course : ils franchissent la ligne d’arrivée ensemble. Eydallin, le néophyte du Factory Team Dynastar, est un grand champion mais se révèle également être un grand seigneur. Grand? Comme le courage d’Alexis Sévennec, 3ème de cette dernière étape et 2ème du classement général. Une performance majuscule quand l’on sait qu’il y a une semaine, il pensait effectivement être au Forclaz, mais côté supporter.

Chez les femmes, Axelle Mollaret, tenante du titre, et Lorna Bonnel décrochent au prix d’une grande pugnacité une magnifique 3ème place 100 % Dynastar.

10h30. Les athlètes sont rassasiés, les supporteurs repus. C’est déjà fini. La recette du succès a calmé les appétits. Pourtant, comme toutes les bonnes choses, la Pierra Menta a une fin. Pourtant, comme toutes les bonnes choses, on en reprendrait bien un peu. Voire beaucoup. Sans modération. Aucune inquiétude, la Pierra Menta revient l’année prochaine. 

LE SYMBOLE DU JOUR

Le recours à l’élastique. Ce lien de solidarité qui permet à A de tracter B lorsque celui-ci sent ses jambes flancher et à B de donner à A la réciproque lorsque la forme s’inverse. Ce trait d’union qui matérialise la complicité et la fraternité indispensables à chaque duo. Car la Pierra Menta, c’est avant tout un retour aux sources originelles du ski alpinisme, un sport historiquement collectif où tout se partage, efforts et émotions, succès et défaites.

L'ATHLÈTE DU JOUR

Matteo Eydallin. Équipé des skis Pierra Menta, il a régné sur la course du même nom. S’offrant la gloire d’un Grand Chelem et la grâce d’un acte mémorable. « Le ski alpinisme, c’est avant tout la liberté et le partage… Même si c’est vrai que j’aime bien mettre un dossard! ». Les résultas d’une star, l’élégance d’un Tsar qui fait du Grand Mont son Empire.