Gagnez un séjour freeride à Chamonix ! Participez ici

Rémi Loubet à la poursuite de son fantôme estival
22.02.2017

Rémi Loubet à la poursuite de son fantôme estival

Plusieurs fois vainqueur du Vars Mountrain Trail (41km), Rémi Loubet s'est lancé le défi de réaliser le parcours de ladite course... en hiver. Retour en images sur son épopée.

Rémi Loubet (Team Dynastar/Groupe Excellence ski-alpinisme) fait partie de ces sportifs jamais rassasiés, en perpétuelle recherche du tracé inédit, du dépassement de soi, là où l’on ne va pas, là ou lui seul imagine aller… c’est ce qu’il a fait à Vars ce 26 janvier après quelques jours de repérage et dans l’intimité de ses quelques amis sur place.

C’est un défi auquel il pense depuis quelques temps, attendant les bonnes conditions pour se lancer à la poursuite de son fantôme estival. Après plusieurs jours de repérages pour faire une « pré » trace et s’assurer que les conditions de neige permettent de passer en toute sécurité, Rémi s’est fixé l’objectif de faire dans l’intégralité les parcours trail de 41km sans s’éloigner à plus de 100 mètres de l’itinéraire estival.

 

Récit de ce 26 janvier 2017 :

08h00 - (1 850 m)

C’est le départ. Après avoir équipé les skis de leur peau et quelques encouragements le voilà parti, seul, depuis le front de neige de la télécabine en direction du col de Vars. Une image singulière que de voir s’éloigner cette silhouette taillée pour le trail avec sa tenue coloré et le pas cadencé des skieurs de rando partis pour un long périple.

La météo, plutôt clémente et ensoleillée durant les repérages, offre le jour J le spectacle magnifique d’un ciel tourmenté entre nuages, neige et soleil. C'est le vent associé à des températures bien négatives qui vont venir rappeler à Rémi que l'hiver est bel et bien là : - 8° C. au moment de partir.

8h45 - (2 280 m)

Le passage du col de Vars signifie le début de l’ascension crêtes du Paneyron, puis les crêtes de l’Etoile : un passage très technique entre montées raides et descentes abruptes qui nécessitent de porter les skis, enlever et remettre les peaux à de nombreuses reprises, créant une manutention éprouvante au beau milieu de la tourmente.

En effet les traces que Rémi avaient faites en reconnaissance étaient largement effacées par la neige transportée par le vent ... au défi personnel s’ajoute ici un vrai défi psychologique. La solution de Rémi pour lutter contre cette solitude est de se créer des objectifs à court terme à l’aide des repères qu’il s’est fixé sur ce parcours qu’il connait bien l’été.

10h45 - (2 674 m)

L’ arrivée au col de Serenne signifie un léger répit, protégé par le magnifique Vallon Laugier, une longue descente sous le regard des chamois plantés sur leurs rochers et qu’il retrouvera plus tard. La solitude des sommets est ainsi laissée derrière lui mais la visibilité n’est toujours pas au rendez-vous lorsqu’il entre dans le Val d’Escreins, le joyau estival de Vars. Une réserve de nature fermée l’hiver qui retourne à sa vie sauvage et authentique durant les mois froids.

C’est avec la conscience de ce réel privilège que lui offre son défi et la nature qu’il fait ses traces dans le Val. Après la neige dure des sommets c'est la poudreuse qui porte Rémi dans la descente au milieu des mélèzes et dans l’ascension du Col de la Scie. C'est un passage technique qui permet l'accès à une des plus belles récompenses de ce parcours : les crêtes de Vars éclairées par un soleil bienveillant. Le spectacle magique de la vallée de Vars s’offre à Rémi qui est maintenant à hauteur de chamois à peine effrayé par ce skieur de randonnée à la recherche de son fantôme estival.

13h15 - (2 600 m)

La bande de copains est là, au bout des crêtes de Vars, une salvatrice présence pour Rémi d’autant que les amis ont du ravitaillement ! Saucisson, fromage et encouragements, le carburant bienfaisant pour entamer la dernière partie du parcours, une de celle que les coureurs du Vars Mountain trail redoutent car elle puise dans les tréfonds des réserves d’énergie.

Mais avant cela, il faut descendre le col de la Coulette, traverser le village de Vars Ste-Catherine et Vars Saint-Marcellin. Entre ski et course à pied Rémi retrouve la vie de la vallée avant de se relancer, seul, dans la montée du Forest en direction des crêtes de Razis puis vers le promontoire du radar météo le tout dans une tempête hurlante qui avait déjà eu raison des remontées mécaniques. Une fin de parcours au courage et dans le froid pour Rémi qui, comme à son habitude, boucle la boucle avec l’apparence d’un joggeur qui vient de faire un petit tour de santé !

Mission accomplie pour Rémi qui boucle son parcours en 7h47 contre 5h14 l’été !

15h45 - (2 108 m)

La satisfaction d’avoir bouclé la boucle est là, il enlève ses skis, sa caméra GoPro fixée au torse et remet tranquillement sa veste avant de se prêter tout de suite aux interviews.

Mission accomplie, un pas de plus vers un défi personnel, à la veille de ses 30 ans, il est capable de se lancer à l’assaut de ses idées les plus folles préparées toutefois avec la minutie d’un athlète de haut niveau.