Dynastar - Dynastar | Islande 2022 : une bulle d'aventure en terres sauvages post saison compétitive

Emily Harrop avec les Dynastar E-Tour 90 en Islande
26.07.2022 - Aventure

Islande 2022 : une bulle d'aventure en terres sauvages post saison compétitive

Après une saison de ski alpinisme chargée et pleine d’émotions, le besoin de vivre une aventure sans chronomètre où seul nos envies nous guident devenait un besoin pressant. Cet hiver je signe ma meilleure saison sportive de ma carrière, avec notamment le gros globe de Crystal de ski alpinisme.

 

C’était la première fois où je vivais des émotions aussi intenses, course après course, des sensations incroyables, mais qui s’accouplent avec une certaine fatigue !

 

Avec les courses qui s’enchaînent presque toutes les semaines, rares sont les fois où l’on peut vraiment partir à l’aventure en montagne, sans regarder le temps de la sortie, sans regarder le cardio.

 Emily Harrop portant une veste jaune et un bonnet noir.
 Emily Harrop assise au sommet d'une chute d'eau en Islande Emily Harrop avec ses skis Dynastar E-Tour 90

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est donc au printemps que nous en profitons pour prendre le temps de respirer, prendre des vacances, et simplement profiter de la montagne pour soi. Après deux années à rester skier dans les alpes, j’avais une forte envie d’aller à la découverte d’un nouveau territoire, de nouvelles montagnes.

 

L’Islande avait depuis un moment fait partie des pays qui m’intriguaient le plus, avec sa nature vaste et surprenante, alliant à la fois les montagnes, la mer, des glaciers et des volcans. Dans l’approche de la fin de saison, même si j’étais fatigué et encore chargée de la pression des dernières courses, je sentais déjà comme une forme de nostalgie d’arriver au bout de cette saison si particulière et si belle. Je sentais que le « blues de fin de saison » aurait raison de moi si je n’avais pas d’autres projets sur lesquels me pencher au printemps.

 

C’est au travers cette réflexion que la décision a été prise pour partir directement après la saison de ski, seulement quelques jours après de la finale de la coupe du monde en France.

Nous avions 4 jours pour préparer tout le matériel nécessaire, nos plans, etc. Côté matos, j’ai eu la chance de tester les nouveaux skis E-Tour 90 de chez Dynastar. Des skis de plus de 66 au patin ce n’est pas forcément de mon habitude, c’est pourquoi j’ai voulu les skier une journée avec en station avant de prendre notre départ.

Et quel plaisir c’était !

J’avais oublié le bonheur de skier avec des skis « larges » ! Et avec en bonus un peu de neige fraiche printanière. Réactifs sous le pied et pourtant fluides, j’avais l’impression d’avoir pris du niveau en descente en seulement une sortie… Ok je valide ! Après avoir regardé les conditions au nord de l’Islande nous avons vu que 50cm était tombé quelques jours avant, nous nous projetions déjà là-bas des étoiles dans les yeux ! C’est parti pour l’embarquement !

E-TOUR 90 OPEN

Niveau
Débutant
Expert
Usage
Piste
Poudreuse
skis E-TOUR 90 OPEN
88
Largeur du patin (mm)

Facile et agile en montée. Puissant, précis et ludique à la descente. Le nouveau E-TOUR 90 pour femme...

Voir le produit
 Emily Harrop en ski en Islande

Après une première journée de pluie, nous arrivons en voiture à notre destination dans la péninsule des Trolls au nord du pays. Bon il y a un peu moins de neige que nous avions imaginé, ça semblait avoir un peu « ramassé » avec la pluie des derniers jours. Malgré ça, à notre grand bonheur, la météo s’améliorait avec quelques éclaircis et il semblait y avoir encore beaucoup de quoi skier jusqu’à la mer ! C’est alors parti pour 5 jours à skier les sommets le long de la côte entre Akureyri et Siglufjordur, vue sur mer.

 Emily Harrop escalade une montagne Emily Harrop en ski en Islande

 

La facilité était que beaucoup de choses pouvait se faire à vue d’œil. Nous avions simplement à repérer de la route, nous garer sur le bord quand une ligne ou un itinéraire nous semblait bien et hop c’est parti pour la montée !

 Emily Harrop escalade une montagne Emily Harrop en ski en Islande

 

Les conditions de neige étaient printanières, de la bonne moquette agréable à skier, avec quelques portions de neige un peu venté. Les skis répondaient vraiment bien, un peu plus lourd qu’à mon habitude en montée mais un vrai bonheur de descendre dans des neiges parfois changeantes avec une bonne sensation de stabilité !

8h30 du matin, on décolle, c’est parti pour 20 minutes de route pour rejoindre un petit sommet qu’on avait repéré la veille. On se gare dans un petit village de pêcheurs. Le sommet doit mesurer 900 m de d+ et avec des petits goulets qui mènent jusqu’à l’eau. On se décide d’un itinéraire et c’est parti. La neige est ferme avec une petite couche qui nous permet de bien accrocher à la montée.

 

Arrivés au sommet la vue s’ouvre à nous. C’est grandiose avec un fjord de chaque côté et l’ombre qui joue avec les rayons de soleils sur les faces enneigés. On se dirige vers un des couloirs qu’on avait repérés. Et c’est parti pour 900m de descente enchaînée jusqu’à la mer !

 

La neige est bonne sur le haut et se ramollie au fur et à mesure que nous descendons. Mais peu importe, je me sens voler ! Arrivés à la voiture on se dirige vers un petit coin pinique au bord de l’eau avant de repartir pour un deuxième sommet l’après-midi un peu plus au sud.

 

On finit la journée à Dalvik dans un bar local pour l’apéro de fin de journée : un petit luxe (bon au vu des prix en Islande, un gros luxe même) que l’on s’accorde après cette belle journée remplie d’aventure, de quoi changer les idées et se ressourcer pleinement avant la reprise.

 Emily Harrop tient ses skis Dynastar E-Tour 90.
 Emily Harrop en ski en Islande

Après 5 journées à skier dans le nord et l’est, nous avons décidé de faire le tour de l’Île en mode touristes pour profiter à fond des paysages changeants et de la beauté spectaculaire de la nature Islandaise. Entre cascades, glaciers et volcans, nous avons été bien servis ! L’Islande est clairement un pays qui nous aura surpris, et nous aura donné envie d’y retourner car nous n’avons eu le temps de découvrir qu’une graine de tout ce que le pays a à offrir.